Fibre optique : franchir le cap

Chef de Marché SECOM pour CGE D, Daniel Ether nous apporte son regard sur le potentiel de la fibre optique. Dans son esprit, pas de doute : c'est une opportunité à saisir...  maintenant !

Pourquoi le marché va-t-il décoller ?

L'État, les collectivités territoriales et les opérateurs ont mis en place un plan de développement ambitieux de 20 milliards d'euros, avec la volonté de remplacer le cuivre par la fibre optique.
Il y a aujourd'hui en France 4 millions de foyers raccordés, mais seul 1 million sont abonnés à la fibre. Il reste plus de 3 millions d'installations à réaliser et près de 12 millions à l'horizon 2018. Le potentiel de ce marché est énorme.

Quel intérêt ce marché présente-t-il pour les installateurs ?

La pose de fibre optique répond aux mêmes logiques que les installations de courants faibles.
Avec une formation courte et de bons produits, tout installateur peut aujourd'hui se positionner sur ce marché. La fibre optique n'est plus une technologie d'élite, réservée aux spécialistes.

Comment aborder ce marché ?

Les installateurs peuvent rapidement se positionner sur le logement collectif neuf, où les installations sont aujourd'hui obligatoires. C'est une clientèle qu'ils connaissent bien et des opérations relativement simples à mener sur le plan technique.
Le marché de la rénovation est aussi intéressant : les installateurs peuvent y faire valoir leur savoir-faire de terrain.
Les opérateurs traitent eux des opérations plus importantes et plus complexes, mais ils ont aussi besoin de professionnels de
terrain, en sous-traitance.
Dans tous les cas, les places sont à prendre maintenant ! La situation ne sera plus la même dans un an...
La première chose à faire est de s'informer et de se former. Cette technologie requiert de la minutie et de l'attention, mais elle très abordable. Les formations disponibles sont courtes et, avec une semaine de formation, on acquiert déjà un très bon niveau.

Quels sont les matériels utilisés pour ces réseaux ?

Pour réaliser les soudures sur la fibre, on utilise une cliveuse (ciseaux pour la fibre optique) et une fusionneuse. Au fur et à mesure des chantiers un photomètre complètera l'équipement et éventuellement un réflectomètre (permettant la mesure de la qualité de la connexion et les caractéristiques de flux et débit). Ces équipements peuvent être mutualisés entre plusieurs installateurs : plusieurs de nos agences proposent déjà ce système.

Comment les équipes CGE D assistent-elles les installateurs à maîtriser ces technologies ?

En partenariat avec Acome, fabricant français expert en technologie FTTH, nous pouvons donc répondre à toutes les questions que se posent les installateurs et leur fournir le matériel adapté.
Pour les installateurs qui se lancent, nous pouvons aussi les orienter sur les formations les plus adaptées, organiser des démonstrations, des visites de chantiers, etc.